Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Turquoise horse looks right

 

 

 

EQUUS GESTALTUNG

 

"Quand nous laissons au cheval l'initiative d'entreprendre l'humain" 

 

 

Le mot Gestaltung est issu de l'allemand, c'est la formation de Gestalten ou formes signifiantes. C'est à cette occasion, et par le langage, qu'un sujet s'in-forme en s'in-formant au monde. La Gestalt-hérapie selon cette conception vise à solliciter la Gestaltung d'un sujet, c'est à dire la formation des formes signifiantes de soi. Equus signifie cheval en latin. Equus Gestaltung est la rencontre de "Equus Caballus" et de la Gestal-thérapie comme soin, philosophie et art de vivre. C'est donner sens à la rencontre humain/cheval dans l'environnement commun.

 

 

L'esprit                                                                                                              

 

Participer a un atelier Equus Gestaltung c'est nous donner l'opportunité de revisiter "nos modalités de présence" et "notre qualité de présence" au monde, en articulation avec notre environnement. C'est une invitation à Harmoniser émotions et pensées, à mieux sentir nos pensées plutôt que de penser nos émotions, à prendre raçine dans "le ici et maintenant" pour aller vers "l'ensuite" dans une cohérence harmonieuse de nos actions avec nos aspirations personnelles. C'est Augmenter notre conscience des processus, de nos talents et des ressources disponibles... ainsi nous pouvons trouver du soutien dans la relation, dans la richesse de l'environnement plutôt qu'a nos seules ressources individuelles et contribuer au grand tout...

 

Equus Gestaltung est une manière d’aborder le cheval, il s’agit de connexion, de contact et d’authenticité dans la relation avec le cheval. C'est aussi un esprit, une philosophie dont le fondement est le bien-être de tous, des chevaux, et des humains, de tous les animaux, les végétaux, les minéraux, les invisibles... Nous respirons tous et toutes le même air, que nous soyons humain, animal, végétal, minéral... nous sommes interdépendants et en permanente interrelation. Et de l'harmonie de nos relations dépend l'harmonie du monde, de notre monde, ainsi que notre avenir à tous.

 

 

Le troupeau                                                                                                    

 

Nos chevaux vivent en troupeau. Nous considérons qu'il est essentiel pour un être de vivre entouré des siens, particulièrement pour un herbivore, animal de groupe par excellence. Nous savons aujourd'hui qu'un cheval vivant dans des conditions d'isolement sans congénères à ses côtés, ne dort pas. En effet les chevaux font tout ensemble y compris la sieste, en troupeau il y a toujours un cheval qui monte la garde. Evoluer avec un troupeau de chevaux dans de grands espaces ouverts, c'est comme nager avec les dauphins. Les effets sur la conscience, la santé et le bien-être sont surprenants. Cela crée une opportunité de faire l'expérience du troupeau, le groupe, en tant qu'entité et non pas comme une somme d'individus. Cette expérience apporte un sentiment de connexion avec des chevaux, avec les autres, avec la différence, avec la nature, avec la vie. Exposés à interagir avec les chevaux en liberté dans un troupeau, nous apprenons à résonner ensemble (et pas seulement raisonner), à trouver de nouvelles fréquences et des réponses plus adaptées aux différentes situations de vie.

 

 

L'éducation                                                                                                       

 

Dans la mesure du possible nous offrons à notre étalon une vie de famille avec les juments et leurs petits. Phoebus participe activement à l'éducation de ses poulains et pouliches. Nos jeunes chevaux sont équilibrés, calmes, confiants car non seulement ils ont été entourés de chevaux adultes qui eux aussi ont une relation de confiance avec l'humain et qui leur enseignent les "bonnes manières" de cheval, mais aussi les jeunes chevaux sont éduqués par leurs ainés car ils ont autant besoin de nous d'adultes de leur espèce. Nous estimons que c'est avant tout aux parents de l'espèce d'éduquer leurs petits. Nous poulains et pouliches sont sevrés le plus tard possible après l'âge d'un an. C'est par ce mode de vie que nous obtenons des chevaux sains d'esprit et de corps, joyeux, calmes, vifs et jamais agressifs.

 

 

Le choix                                                                                                            

 

Nos chevaux sont libres de participer à nos activités ou pas. Ils sont libres d'aller et de venir. Ils ne sont pas enfermés même s'ils sont régulièrement mis en box pour de très courtes périodes de maximum quelques heures, et qu'ils y sont à l'aise. Quand nous arrivons sur leur territoire en groupe d'humains ils se sont toujours montrés très curieux de nous et très intéressés à nous inspecter olfactivement de manière détaillée. Ils nous suivent dans nos déplacements et nous avons appris à les suivre (au début nous étions assez "interventionnistes" et contrôlants). Les chevaux ne sont pas enfermés, pas licolés, pas attachés, ni tenus d'aucune manière. Ils ne sont pas mis en carrière, pas tenus derrière une clôture, ni travaillés dans un rond de longe. Nous n'utilisons aucun moyen de coercition, même alimentaire sous forme de récompenses etc. Si les chevaux viennent près de nous, s'ils communiquent, s'ils viennent au contact, s'ils cherchent la relation, s'ils participent c'est parce qu'ils en ont envie et peut-être parce qu'ils y touvent un intérêt.

 

 

L'espace                                                                                                           

 

Nos chevaux vivent dans de grands espaces. Nous avons progressivement éliminé les petites pâtures clôturées pour ne faire qu'un seul espace vaste d'une vingtaine d'hectares s'étendant sur deux jolies vallées. Chacun de ces espaces est séparé par des haies naturelles, des coteaux, des ruisseaux, des espaces de forêts de chênes, d'ombre, d'abri du vent ou du soleil. Nous avons observé que nos chevaux se nourrissent d'une grande variété de plantes et qu'à l'occasion ils ingèrent les plantes "tabou". Nous pensons qu'ils se vermifugent et soignent ainsi spontanément et naturellement de leurs petits maux. Nous avons observé que les chevaux, quand ils en ont l'occasion, se déplacent sans cesse en parcourant plusieurs fois dans la journée l'ensemble de leur territoire. 

 

 

Les pieds                                                                                                           

 

Le cheval est le seul animal dans lequel l'humain plante des clous, disait Georges Bataille. Nos chevaux ne sont pas ferrés. Les études ont clairement démontré que le fer est nocif pour la santé du cheval. Il bloque tout mouvement du pied en empêchant l'effet de pompe d'accomplir son action nécessaire au système cardio-vasculaire. Tout comme l'humain chaque cheval a son aplomb naturel. Nous considérons que le "bon" aplomb est une invention de l'humain et qu'il est bien arrogant de vouloir corriger à tout prix ce que la nature a mené à bien pendant des millions d'années (sinon il n'y aurait plus de chevaux). Nos chevaux parcourent à peu près une quinzaine voire plus de kilomètres par jour tout en se nourrissant. Dans la vaste nature ils en parcourent le double et leurs pieds vont très bien. Nos chevaux sont régulièrement parés car le terrain est mou et peu varié, et ils ne couvrent pas suffisamment de territoire pour en assurer une usure naturelle.

 

 

Le fer                                                                                                                 

 

Nous n'utilisons pas de fer dans les interactions avec nos chevaux, pas de fer à cheval aux pieds, pas de fer sous forme de mors dans la bouche, pas de fer à nos talons sous forme d'éperons, pas de barreaux en fer pour les enfermer, pas de marquage au fer chauffé à blanc sur leur peau, pas de cloches en fer à leur cou... nos chevaux vivent nus.

 

 

La méthode  (c'est qu'il n'y a pas de méthode)                                                

 

Il serait facile et tentant de tomber dans le piège du « ABC » ou d’enseigner la formule « leçon 1, leçon 2, leçon 3 », c’est ainsi que nous avons appris à apprendre et à enseigner. Cette méthode traditionnelle nous coupe de notre propre expérience, de notre imagination & créativité et c’est une posture qui cherche à s’ajuster à ce qui est demandé plutôt qu’à ce qui est juste à ce moment là dans cette situation là. Equus Gestaltung n’est pas une méthode. Il ne s’agit pas pour nous d’enseigner une somme de savoirs mais bien de soutenir chacun et chacune à trouver une posture qui permet d’être au plus proche de nos ressentis et de nos nuances de conscience corporelle & émotionnelle, en mettant momentanément de côté le savoir que nous avons à propos des chevaux. Nous n’avons pas de recette à proposer ni de procédé magique. Nous ne sommes pas des chuchoteurs et nous ne faisons pas d’éthologie. Le copier/coller ne fonctionne pas avec le vivant, que ce soient des animaux ou des humains. Notre approche demande une constante réévaluation de la situation, un ajustement perpétuel à ce qui se passe. Dans ce sens nous ne pouvons jamais garantir aux participants d’Equus Gestaltung que les chevaux collaboreront aux propositions, puisque nous les invitons, sans les obliger, à faire des choses avec nous. La plupart du temps ils viennent, ils sont attentifs et curieux… Et c’est ce qui nous intéresse. Les règles de la relation changent selon si c’est le cheval qui vient vers moi de sa propre initiative ou si c’est moi qui vais vers lui avec mon projet, mon agenda, mes désirs.

 

 

Remettre en question ?                                                                                    

 

Nous aimons remettre en question les normes habituelles et les évidences. Nous invitons les participants à réexaminer les sens communs que nous attribuons à ce que nous vivons avec les chevaux, et notre attention est principalement portée sur ce que nous ressentons en leur présence. Plutôt que d’avoir un projet pour accomplir quelque chose avec le cheval, nous portons l’attention sur comment nous sommes mus (dans le sens de « é-mouvoir ») et comment le cheval réagit à l’émotion. Comment le cheval est-il quand nous montrons la façade et comment est-il différent quand nous tombons le masque… Les exercices proposés sont tous très simples et assez minimalistes afin de nous ouvrir à la sensibilité extrême du cheval et à son extraordinaire capacité à saisir les nuances de nos états d’âme… dont nous-mêmes n’avons parfois pas conscience.

 

 

Licols et cordes                                                                                                 

 

En été quand l'herbe est rare sur notre petit terrain (petit est relatif) il arrive que nous puissions emmener le troupeau brouter quelques heures dans les prairies luxuriantes à quelque distance d'ici. Dans ce cas nous utilisons un licol plat et une corde, principalement pour des raisons de sécurité. Nous restons cependant très vigilants au cheval et à ce qu’il manifeste qui pourrait être de l’ordre du refus ou du désir de fuite ou encore des états de non concentration etc.  autant que quand il mâchouille, lèche, ou soupire qui sont des manifestations de relâchement. Ce sont tous des indicateurs « miroirs » de ce qui se passe dans la relation avec l’humain avec lequel il est mis en présence, et de la situation en général.  

 

 

Wou-Wei                                                                                                           

 

Nous avons observé dans 100% des situations que les chevaux sont d’une infinie patience quand nous les abordons de cette manière, qu'ils sont curieux de nous, qu’ils coopèrent volontiers, qu'ils montrent de l'affection, de la tendresse, du soutien et de l'amour et qu’ils réagissent au centième de millimètre à nos émotions & pensées… Quand nous prenons le temps d’écouter, ils sont de formidables enseignants. Nous invitons les participants au non-faire, à prendre le temps, à l’écoute, à l’observation et à laisser la relation évoluer naturellement. C’est quand nous cessons de vouloir que « ça » se passe…

 

 

Informations :

Dominique Cuyvers

Psychothérapeute Gestalt thérapeute

 

Tél. 05 62 08 72 28

dominique.cuyvers@orange.fr

 

 

EQUUS GESTALTUNG

SOUS LE PATRONAGE DE

L'ACADEMIA LIBERTI

 

www.academialiberti.de

 

 

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by